Maîtriser le cadre de son intervention lors de son action de secours à victime

Mis à jour : il y a 5 jours

Lors de l'action de secours à personne, l'intervenant (L'agent de sécurité) doit prendre certaines mesures pour sa propre sécurité, celle du ou des témoins, celle de la victime.



L'intervention du secouriste se déroule en deux phases :


1/La phase d'analyse


2/La phase d'action


La phase d'action découle de la phase d'analyse précédemment effectuée !


Il est essentiel de respecter ces deux phases dans l'ordre pour une meilleure protection des différentes personnes présentes sur le lieu et aussi pour une efficacité de l'intervention.


Tout d'abord, avant de s'approcher de la victime, le sauveteur effectue une approche prudente de la zone en se posant la question : Que s'est-il passé ?


Pour obtenir des réponses à cette question, il se tourne vers le ou les témoins. S'il n'y a pas de témoin, il pose la question à la victime. Si la victime n'est pas en état de répondre, alors le sauveteur va rechercher lui-même les éléments significatifs pour comprendre ce qu'il s'est passé.


Après quoi, il peut passer à la phase d'action en supprimant le ou les dangers de façon permanente.

Note bien cette notion de permanence. Car oui, il faut supprimer le danger de façon permanente, non pas écarté le danger mais le supprimer de façon permanente pour éviter du sur-accident.

S'il ne peut pas supprimer le danger, il l'isole et si c'est impossible de l'isoler il procède au dégagement d'urgence de la victime ou bien continue à isoler le danger de façon à ce que personne ne rentre en contact avec ce danger.


L'examen de la victime constitue une difficulté majeure pour une grande majorité des agents de sécurité pour une raison simple. Ils ne savent pas dans quel ordre rechercher les signes de détresse vitale. Il faut connaître cet ordre pour une bonne raison : pour une intervention efficace, de qualité.

L'ordre dans lequel l'agent, secouriste doit rechercher les signes de détresse vitale dépend du niveau le plus élevé c'est à dire : du niveau le plus grave au moins grave.


Cet ordre est défini ci-dessous dans le plan d'intervention du SST ou logigramme qui permet d'associer aux risques, les résultats à atteindre.



Les atteintes prioritaires : Saignement - Étouffement


Voici l'ordre de recherche des détresses vitales !



1/ Saignement


2/ Étouffement



3/ Ne répond pas et ne respire pas (RCP)



4/ Ne répond pas mais respire (PLS)



En 5 les Malaises, 6 les Brûlures, 7 Les douleurs empêchant certains mouvements, 8 Les plaies qui ne saignent pas abondamment.


La perte de sang est la première détresse vitale qui menace la vie de la victime.

Lors de l'examen, il faut en priorité arrêter toute perte de sang avant de rechercher la conscience (réponse de la victime) et la respiration.
Concernant l'étouffement, identifier en priorité le type d'étouffement avant tout geste (Tape dans le dos, Compression abdominale)

En effet, il existe deux types d'étouffement : PARTIEL et TOTAL.


Pour identifier l'un ou l'autre, il faut d'abord poser une question à la victime. exemple :

Est-ce que tu t'étouffes ?

Si réponse, alors il s'agit d'un étouffement partiel car une personne qui s'étouffe totalement ne peut plus parler, tousser, crier, respirer, n'émet aucun son, s'agite.


Étouffement partiel :

assoir la victime et l'inviter à tousser jusqu'à rejeter le corps étranger.


Étouffement total :

alterner 1 à 5 tapes dans le dos et 1 à 5 compressions abdominales.



HCR : HÉMORRAGIE - CONSCIENCE - RESPIRATION


En revanche, quand on arrive près d'une victime allongé au sol inanimé par exemple, on va procéder en HCR :

H : comme Hémorragie

H comme Hémorragie : rechercher des saignements visibles ou cachés. (faire le tour de la victime à la recherche de saignement visible, puis palper la victime à la recherche de saignement caché).

C : comme Conscience

C comme Conscience : tenir les mains de la victime et lui donner deux ordres simples, différents : Si vous m'entendez serrez-moi la main, si vous m'entendez, clignez des yeux)

R : comme Respiration

R comme Respiration : la paume de la main sur le front de la victime, la pulpe de deux doigts sous le menton, le pouce ouvrant légèrement la bouche, basculer la tête en arrière pour décoller la langue du fond de la gorge pour pouvoir apprécier la respiration pendant 10 secondes s'assurant ainsi d'une respiration régulière, efficace, écartant d'autre part le GASP : ces mouvements respiratoires laborieux, anarchiques, irréguliers, lents, agoniques qui surviennent dans 40% des arrêts cardiaques venant de se produire.

Se pencher au-dessus de la bouche de la victime pour écouter sa respiration, sentir le flux d'air qui sort de sa bouche sur la joue du secouriste, observer le soulèvement du ventre et de la poitrine.


PLS : (Position latérale de sécurité)

Mettre la victime en PLS si elle ne répond pas mais respire.


RCP : (Réanimation cardio-pulmonaire)

Commencer la réanimation cardio-pulmonaire si la victime ne répond pas et ne respire pas. (30 compressions thoraciques et 2 insufflations)


attention : Covid19 pas d'insufflations.


Le but de cet article consiste à hiérarchiser l'ordre de recherche des détresses vitales. J'espère que c'est clair pour vous. N'hésitez pas à poser des questions, à faire des remarques ou suggestions.




La formule du triage en situation SMV ou NOVI : T=HCR


SMV : comme situation multiples victimes


NOVI : comme nombreuses victimes







Téléchargez l'application pour être informé dès qu'un nouvel article est publié.






Votre code invitation : 4CAGMX


RETEX-KAIZEN : Analyser pour rendre meilleur


https://www.retex.online/


E-mail : retex.kaizen.formations@gmail.com

45 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout